Représentations des liens entre santé, durabilité et transition énergétique chez les étudiants de bachelor de l’UNIL : Suivi comparatif de l’évolution des représentations chez deux cohortes (2014-2015 et 2015-2016)

Prof. Marie Santiago, Faculté des sciences sociales et politiques Maria Del Rio Carral, Faculté des sciences sociales et politiques

Partenaires : Etudiants de l’UNIL

La promotion de la durabilité et de la transition énergétique sont des préoccupations majeures de nos sociétés, pourtant elles suscitent résistances et freins au sein d’un système économique complexe, guidé par des logiques contradictoires. Le caractère « invisible » et les effets à long terme rendent par ailleurs difficile la mise en place de comportements durables. Il est donc nécessaire de revoir les représentations, les conduites culturelles et sociales des populations, afin de mettre en place des changements de pratiques face aux modifications futures du climat et de l’accès aux ressources énergétiques. Dans ce contexte, l’université peut jouer un rôle majeur. Elle à le potentiel d’éveiller le pouvoir d’action des individus à différents niveaux et de promouvoir une culture de responsabilité collective pour les futurs citoyens. Elle constitue donc un terrain privilégié pour explorer les représentations et les conduites socioculturelles concrètes. C’est par ce biais que l’on peut comprendre, les contradictions, les freins et les motivations des individus à adopter de nouvelles habitudes.

Sur la base de nos travaux en psychologie de la santé, il apparaît que la santé, en tant que « capital convoité », est intimement liée au développement durable et aux transitions à venir. Si bien que mettre en évidence les étroites articulations entre santé, durabilité, et types d'énergies, pourrait être un bon levier de sensibilisation du public, en rendant ces problématiques plus concrètes à appréhender dans le quotidien des citoyens : modes de vie, habitudes alimentaires, pollution, consommation d’énergie, usage des médicaments, etc Pourtant, lors de nos différents enseignements, nous avons observé que les étudiants avaient majoritairement des difficultés à se représenter ces liens, ainsi que des connaissances très partielles. Nous avons alors mis en place un enseignement participatif permettant un recueil de données de 150 entretiens sur deux volées afin de mieux connaître leur rapport à ces questions.

La présente étude concerne le traitement et l’analyse des données recueillies, 300 entretiens environ. Analyse qui nous permettrait de mieux connaître, les représentations, attentes et freins des étudiants. S’agissant de deux volées, elle nous permettrait également d’observer l’impact sur les étudiants des diverses actions de l’Université en faveur des questions de durabilité.

Ce projet permettra d’améliorer le pouvoir d’agir individuel et collectif (empowerment), les entretiens suscitant le débat entre étudiants, mais aussi avec des membres externes à la communauté. De façon plus générale, ce projet stimulera l’enseignement et la recherche sur les thématiques de durabilité et participera à affirmer l’UNIL comme carrefour de réflexion sur ces questions.